Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Suivez le guide

Visitez Valparaiso 1 

En perte de repères?

Vieux, Pas Périmé

Blogs à voir

Un prof à mourir de rire
 
Réseau de blogs latinos francophones

Histoires de coeur et de fesses de Nina et les vingtenaires

Dans les coulisses du journalisme

Un citoyen propose son programme politique

Ca fait penser à Sex & the City

Jean Véronis décrypte le langage des politiques

Drôle, féroce et un poil vulgaire

Un autre regard sur le Brésil

Les tribulations d'Eulalie et M. Muche

29 juin 2010 2 29 /06 /juin /2010 15:17

Il y a quelques semaines, le nouveau ministre de la Santé a lancé une idée qui est tombée comme un cheveu sur la soupe des Chiliens. Pour lutter contre l'obésité chronique de ses concitoyens, il propose de créer un impôt de 20% sur les fast-foods.


Le sujet a immédiatement suscité débat et controverse. D'abord, parce qu'il serait bien difficile de déterminer quels établissements et quels plats rentrent dans cette catégorie. Ensuite, parce que les fast-foods sont une sources d'alimentation facile et bon marché pour les petites bourses. Typiquement, c'est la frange la plus humble et moins éduquée de la population qui souffre de surpoids. Et c'est cette même frange qui consomme le plus de fast-food, parce que c'est pas cher.


En gros, les détracteurs du projet assurent que, même s'il est bon de lutter contre l'obésité, cette mesure toucherait de plein fouet les plus défavorisés. Soit. Mais réfléchissons un peu. En admettant que l'on ajoute un impôt de 20%, cela va-t-il vraiment affecter le consommateur? Non: simplement, s'il veut continuer de payer le même prix, il va se "restreindre" à commander un menu normal au lieu d'un XL, ce qui est bien suffisant. De ce point de vue, tout le monde est gagnant: L'Etat récolte des taxes juteuses (de graisse), les clients se goinfrent moins et ont moins de problèmes de santé. Il n'y a que les entreprises de fast-food qui risqueraient de voir leurs bénéfices baisser. Mais ca, franchement, ce n'est pas un mal! Par ailleurs, au Chili, aller faire ses courses au marché en plein air reste la meilleure solution pour manger sain et pas cher.


empanadas 

Et la traditionnelle empanada, c'est du fast-food?


Mais au-delà de ce débat, de quel droit l'Etat s'invite-t-il dans mon assiette? Certes, il y a un vrai problème de santé publique, mais si j'ai envie de me faire plaisir en me gavant de viande rouge et de chocolat tous les jours, quitte à peser 150 kilos et mourir d'un infarctus à 35 ans, c'est mon problème, non? Ca ne met en danger la vie d'aucune tierce personne (à la différence de la drogue et de l'abus d'alcool), ca ne cause pas de trouble à l'ordre public, et ca fait travailler les médecins. Si l'Etat veut agir, qu'il éduque les consommateurs, qu'il fasse de la prévention dans les écoles. Qu'il aille voir ailleurs que dans mon assiette. Surtaxer les cigarettes empêche-t-il les gens de fumer? Non. Surtaxer le pétrole empêche-t-il les gens de conduire, polluer, prendre l'avion? Non.


Bref, tout ceci me donne la sensation que le gouvernement se fiche du monde, et cherche n'importe quelle prétexte pour taxer le contribuable (ceci dit, il a besoin de fonds pour financer la reconstruction du pays après le séisme du 27 février). N'importe quel prétexte pour contrôler tout ce qui est contrôlable. Par exemple, depuis la prise de pouvoir de Sebastia Piñera, j'ai l'impression, ou plutôt la certitude, que la présence policière a été renforcée... pour faire des contrôles de vitesse sur l'autoroute, essentiellement. Donc pour faire rentrer de l'argent dans les caisses.


Je m'attends donc à ce que le gouvernement fasse surgir de son chapeau à idées d'autres propositions du même genre. En voici quelques-unes, de mon cru:


On pourrait taxer les nouveaux habitants des métropoles parce qu'ils contribuent à accenter la pollution.

On pourrait taxer ceux qui habitent à plus de 25 kilomètres de leur lieu de travail, pour la même raison. Et s'ils déménageaient en centre ville, on les taxerait quand même en vertu du premier point susnommé.

On pourrait ne pas rembourser les opérations de cancer des poumons, parce qu'après tout, le patient, il avait qu'à pas fumer, na!

On pourrait taxer les dirigeants politiques d'andouilles, d'hypocrites ou de profiteurs. Ah zut, ca a déjà été fait, ca...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

bny 02/07/2010 23:54



Oui, là, relativiser comme ça, d'accord.


Mais effectivement ça pose le débat, du citoyen dans la société, de sa liberté et de ses devoirs.



@tom 03/07/2010 19:48



Vaste débat...



bny 02/07/2010 11:50



C'est bien beau de critiquer tout ça, plutôt facile même. Si des taxes sont bien évidemment abusives, d'autres sont nécessaires, surtout si on parle de santé publique. Il est vrai que je préfère
la solution bonus-malus concernant la malbouffe, mais taxer, dans une société, c'est forcément embêter. ça fait partie des "redevances" du peuple pour que le système "tourne" en fonction des
politiques qu'ils ont choisis ( en démocratie tout au moins ).



@tom 02/07/2010 20:20



Non Bny, je ne critique pas les redevances et les impôts, qui sont nécessaires! J'estime juste que cette mesure en particulier, c'est pas loin d'une atteinte aux libertés. Que le gouvernement
surtaxe les entreprises polluantes, les cigarettes, les alcools, oui! Mais les sandwiches, franchement...



buddy2259 29/06/2010 23:52



Un article digne d'intêret et qui me dit c'est la même en France ,les politiques veulent des rentrées d'argent et tous les moyens sont  bon pour faire avaler la couleuvre au bon
peuple .


Bonne soirée !



@tom 30/06/2010 02:27



merci bien!


bon, ici j'ai encore jamais vu de couleuvre, on doit leur faire avaler autre chose!!