Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Suivez le guide

Visitez Valparaiso 1 

En perte de repères?

Vieux, Pas Périmé

Blogs à voir

Un prof à mourir de rire
 
Réseau de blogs latinos francophones

Histoires de coeur et de fesses de Nina et les vingtenaires

Dans les coulisses du journalisme

Un citoyen propose son programme politique

Ca fait penser à Sex & the City

Jean Véronis décrypte le langage des politiques

Drôle, féroce et un poil vulgaire

Un autre regard sur le Brésil

Les tribulations d'Eulalie et M. Muche

27 avril 2011 3 27 /04 /avril /2011 07:42

L'une des grandes nouvelles de ces derniers jours, au Chili, c'est la décision d'exhumer et d'autopsier le cadavre présumé de Salvador Allende. Trente-huit ans après la mort du président socialiste, les conditions de son décès restent obscures, et il n'est même pas certain que ce soient bien ses restes qui reposent dans sa tombe. Décès, assassinat? Les deux thèses s'affrontent toujours, et la justice chilienne a fini par rouvrir ce délicat dossier. Les militants socialistes et les proches attendaient depuis longtemps ce moment. Que la vérité éclate enfin.

 

Mais si l'on y pense à deux fois, est-il vraiment important et opportun d'exhumer les restes d'Allende maintenant? Quels coupables, s'il en est, va-t-on trouver 38 ans après? N'est-ce pas simplement remouer le couteau dans des plaies jamais complètement cicatrisées, mais relativement apaisées? N'est-ce pas raviver la vieille fracture qui sépare toujours les partisans du socialisme à la chilienne des fidèles du général Pinochet?

 

Certes, s'il est avéré qu'Allende a effectivement été assassiné, il faudra actualiser les livres d'Histoire. L'image du défunt président sera à jamais changée. Mais ca ne changera rien à l'image de Pinochet et de ses sbires. Ca ne changera rien à l'Histoire contemporaine du Chili. Et puis surtout, que le chef d'Etat ait été tué ou qu'il se soit suicidé, ca ne change pas grand-chose en soi. Car le coup d'Etat revenait à la fin de sa vie politique. En un mot, les militaires sont responsables de la mort d'Allende. Qu'ils aient ou non appuyé sur la gâchette, c'est pratiquement du pareil au même. Et c'est une vérité que tous connaissent déjà; autopsie ou pas.

Partager cet article

Repost 0

commentaires