Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Suivez le guide

Visitez Valparaiso 1 

En perte de repères?

Vieux, Pas Périmé

Blogs à voir

Un prof à mourir de rire
 
Réseau de blogs latinos francophones

Histoires de coeur et de fesses de Nina et les vingtenaires

Dans les coulisses du journalisme

Un citoyen propose son programme politique

Ca fait penser à Sex & the City

Jean Véronis décrypte le langage des politiques

Drôle, féroce et un poil vulgaire

Un autre regard sur le Brésil

Les tribulations d'Eulalie et M. Muche

13 décembre 2010 1 13 /12 /décembre /2010 18:19

Après avoir perdu une heure et demie à la Direccion del Transito de Viña del Mar pour m'inscrire à l'examen du permis de conduire, je me suis dit, avant d'aller à la succursale de Quilpué, je vais au moins réunir tous les papiers que m'a indiqués l'employée pleine d'enthousiasme et de motivation du bureau de Viña. C'est donc dossier et photocopies sous le bras que je me présente à la Direccion del Transito de Quilpué, par un beau matin frisquet et nuageux... oui d'accord on s'en fout de ces considérations météorologiques.

 

Après une nouvelle heure passée à attendre mon tour dans une pièce vieillotte et froide (c'est pour ca que je mentionnais la météo), on m'appelle enfin au guichet. Je présente mon cas. "Vous avez les papiers nécessaires pour l'inscription?" J'étale la paperasserie sous les yeux pas du tout impressionnés du fonctionnaire. Une demi-seconde de scrutin, et la sentence tombe: "Il me manque le certificat d'études secondaires". Mais à Viña, on m'avait dit qu'une photocopie de mon diplôme universitaires, dûment estampillée par un notaire, suffisait... "Il faut qu'il soit validé par le ministère des Affaires Etrangères et par le ministère de l'Education", me répond l'employé d'une voix automatique qui laisse à peine transparaitre toute la passion qui anime ce fonctionnaire exalté. Et ici, pas moyen de faire valoir mon permis francais. Pas reconnu par la municipalité. Flûte, ils sont exigeants, à Quilpué! Sans doute plus méfiants à l'égard des étrangers que les Viñamarinos, nettement plus habitués aux Américains, Européens, Brésiliens ou autres.

 

Je ressors de là avec de nouveau la sensation d'avoir perdu mon temps. Avec une désagréable certitude, aussi: il me faudra passer l'examen du code de la route et l'examen pratique, puisque permis francais ou international ne valent rien à Quilpué. Et avec une question: combien de temps faudra-t-il pour que mon diplôme universitaire soit validé par les deux ministères, tous deux basés à Santiago, et qui ont bien évidemment d'autres chats à fouetter; pardon, d'autres document nettement plus importants à valider?

 

Plein d'espoir, ou plutôt à moitié plein, je décide de me diriger vers le Secrétariat régional du ministère de l'Education, à Viña del mar, en quête d'information. J'espère secrètement pouvoir les enjôler suffisamment, en montrant patte blanche et pleurnichant un peu, pour que le directeur local appose le tampon du ministère sans devoir envoyer mon diplôme et ma requête à Santiago. Rien n'y fait: dans une réponse courtoise mais désespérément zebdacienne, cet homme débonnaire me dit: "Je crois que ca va pas être possible". Et d'ajouter que le temps d'envoyer mon dossier à Santiago, qu'il soit traité par les deux ministères et renvoyé à Viña, ca prendrait bien trois mois. Connaissant la bureaucratie locale, je traduis par "au minimum trois mois, voire plus". Face à mon désarroi non dissimulé, le débonnaire directeur me dit: "Vous savez, ce qui serait plus simple et plus rapide, c'est que vous passiez le brevet des collèges. Vous avez un diplôme universitaire, ce devrait être une simple formalité".

 

Si tu veux conduire, passe le brevet d'abord! En voilà une idée! Alors évidemment, je m'inquiète un peu: je n'ai jamais étudié au Chili, comment puis-je faire pour passer un examen sans avoir idée de ce qu'il y a au programme, notamment l'Histoire (même si, je dois dire sans modestie aucune, je connais mieux les principaux épisodes de l'Histoire locale que la majorité des Chiliens)? Je dois avoir l'air assez perplexe, car le débonnaire directeur se sent obligé de me rassurer: "Ne vous en faites pas: on demande aux candidats au permis de conduire de présenter leur certificat d'études afin de s'assurer qu'ils sont capables de lire les panneaux et indications sur la route, rien de plus. Je vais faire passer votre dossier à un centre d'études pour adultes, en précisant que vous avez juste besoin du certificat pour le permis de conduire. Demandez à voir le doyen des professeurs de ma part".

 

Et moi qui pensait que tout cela ne serait qu'une formalité administrative...

 

A suivre...

Partager cet article

Repost 0

commentaires